art_138

Quelques bonnes pratiques en détail

 


art_139

Réduction des intrants

La réduction du recours aux intrants phytosanitaires est une priorité pour l’agriculture en général et la viticulture en particulier. A l’issue du "Grenelle de l’environnement", l’objectif fixé est de réduire les quantités utilisées de 50 % d’ici 10 ans.
Cette réduction repose sur les techniques de prévisions épidémiques et le développement de stratégies de lutte intégrée pour décider au mieux des interventions nécessaires.
La recherche, la performance de la pulvérisation avec optimisation des doses, la lutte biologique, la biodiversité, la modélisation et la prévision des risques de développements épidémiques sur le vignoble, la cartographie dans la protection du vignoble, les variétés résistantes au mildiou et à l’oïdium, l’agroécologie, sont autant de solutions


art_140

Travail des sols

Le travail du sol (labour, contrôle par tonte ou bien encore régulation thermique) est avant tout un système de conduite garantissant la pérennité et le bon fonctionnement de nos sols viticoles. Il représente une technique alternative aux herbicides
Depuis de nombreuses années d'autres stratégies reposant sur une gestion du couvert végétal voient le jour. Ainsi, il n'est pas rare de rencontrer dans les vignes, des semoirs, tondeuses ou rouleaux hacheurs.


art_141

Couvert végétal

Le but est de couvrir le sol en hiver avec un couvert végétal vivant pour produire de la biomasse et accroitre la fertilité sans concurrencer la vigne. Cette "épargne" de fertilité sera restituée au sol au printemps suivant lors de la destruction et apportera un paillage protecteur du sol pendant l’été. Les objectifs des couverts végétaux sont :

  • Dynamiser l’activité biologique du sol
  • Améliorer la structure
  • Tamponner les stress hydriques
  • Limiter le lessivage

art_142

Favoriser la biodiversité

Une diversité biologique très importante permet à des insectes, ennemis naturels des ravageurs viticoles de proliférer : acariens, insectes phytophages (se nourrissent de la vigne) et insectes vecteurs (contaminent la vigne par des virus)
Elle contribue ainsi à une réduction naturelle des insectes ravageurs de la vigne. La biodiversité est largement favorisée par un paysage de haies, lisières de bois et vignes enherbées.


art_143

Lutte intégrée

La lutte intégrée désigne l'application rationnelle d'une combinaison de mesures biologiques, biotechnologiques, chimiques, physiques, culturales ou intéressant la sélection des végétaux, dans laquelle l'emploi des produits phytopharmaceutiques est limité au strict nécessaire pour maintenir la présence des organismes nuisibles en dessous du seuil à partir duquel apparaissent des dommages ou une perte économiquement inacceptable.


art_144

Lutte raisonnée

Elle consiste en des interventions décidées après estimation des risques réels à l’échelle de la parcelle, par la mise en œuvre de méthodes de surveillance appropriées, et par référence à des seuils de tolérance ou d’intervention, en faisant appel à des produits phytosanitaires choisis selon des critères de moindre incidence écologique quant à la matière active, la quantité, la période d’application, le respect des ennemis naturels. L’estimation des risques couple à la fois les observations à la parcelle et l’utilisation d’aide à la décision, tels que les modèles de prévisions.


art_145

Lutte biologique

La lutte biologique est "l'utilisation d'organismes vivants pour prévenir ou réduire les dégâts causés par des ravageurs". Il s'agit d'un moyen de réduire les effectifs d'un organisme - animal ou plante - gênant, en le faisant dévorer par un de ses ennemis naturels. Les insectes sont très présents dans la lutte biologique : d'abord comme cible mais également comme agent, on parle alors d'auxiliaires. Ces techniques de lutte biologique ne se restreignent pas à la viticulture biologique et sont également mises en œuvre en viticulture raisonnée.


art_146

Haies protectrices

Ces haies arbustives sont constituées d’essences locales : noisetiers, prunelliers, cormiers, charmes communs, pommiers sauvages, érables champêtres.
Outre la protection contre les pesticides, ces haies ont pour vertu de réduire les effets des intempéries en jouant un rôle de brise-vent, de maintenir les sols grâce à leurs racines ou encore de devenir un refuge et un garde-manger naturel pour les oiseaux et les insectes.